( 5 mai, 2021 )

Les Illusions

Elles s’affichent, sournoises, dans la pomme rouge et ronde,

Où se love le vers qui en meurtrit le cœur,

Elles sont dans le sourire qui éclaire le monde,

Mais les yeux sont de glace, sans âme et sans chaleur.

 

Ce sont des mains tendues les jours où tout va bien,

Qu’on ne trouvera plus, quand vient le vent contraire,

Des mots et des sourires croisés au quotidien

Oubliés aussitôt que rugissent nos rivières !

 

C’est le geste amical dont on ne doute pas,

L’attention, le soutien dont on est tell’ment sûr,

Mais que le jour venu, en vain on cherchera,

Et dont le manque, longtemps attisera nos blessures.

 

Elles brillent de tous leurs feux dans l’oasis lointaine

Qui attire les pas du marcheur assoiffé,

Mais dont l’obstination à marcher reste vaine,

Quand l’oasis n’est autre qu’un mirage éthéré !

 

Mais elles se nichent aussi dans un soleil d’hiver

Qu’on accueille bras ouverts avec reconnaissance,

Qui éclaire nos cœurs, mais ne réchauffe guère

Et nous laisse frissonnants au bord de nos errances…

 

C’est voir dans l’hirondelle la promesse d’un printemps,

Et dans quelques pâquerettes, un signe de renouveau,

Mais dès le lendemain, marcher contre le vent,

Et sous la pluie glaciale, encore courber le dos.

 

C’est le calme de l’onde qui rassure le nageur

Mais qu’un perfide courant entraîne par le fond,

C’est l’audace de croire qu’agir selon son cœur,

Apaise les colères et offre le pardon !

 

C’est dans chaque rencontre, voir l’opportunité

De partager ses rêves ou un bout de chemin,

C’est voir dans un regard la possibilité

D’un avenir meilleur, d’un rivage serein.

 

C’est croire que les épreuves ne sont pas là pour rien,

Mais qu’elles sont le chemin pour arriver au port,

C’est croire que les mots doux feront toujours du bien,

Mais qu’ils vous mordent au cœur chaque jour un peu plus fort.

 

C’est penser que vouloir veut toujours dire pouvoir,

Et se faire rattraper par la réalité,

C’est voir un inconnu, un soir dans son miroir

Vous jeter à la tête vos tristes vérités !

 

Douce petite musique qui berce nos rêves d’enfant,

Rassurante, confortable comme un vieux pull usé,

Sourires de façade et propos rassurants,

Juste pour donner le change ou tenter d’oublier !

 

Elles aveuglent nos sens, hypnotisent nos cœurs,

Pour un mot, un regard, elles font naître une passion,

Pour une vie, pour une heure, on se ment, on se leurre,

On se laisse bercer au vent des illusions !

 

Herrlisheim – 22 avril 2021

Pas de commentaires à “ Les Illusions ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|