( 5 mai, 2021 )

Désillusions

Immobile, silencieuse tout au bord de la piste,

La fille en rouge ce soir a perdu son sourire,

Un peu frustrée peut-être, mais en tout cas bien triste

De voir ses espérances se perdre dans un soupir.

 

Année après année, elle a bercé son cœur

De l’illusion sucrée d’un meilleur à venir,

D’un rendez-vous inscrit dans un destin joueur

De la douce certitude d’une page à écrire.

 

Elle a bien écouté, entendu tous les mots,

Cherché tout au fond d’elle le courage d’une audace,

Fait taire sa raison pour pouvoir rêver haut,

Sans des mots attendus trouver la moindre trace !

 

Elle a brisé ses rêves sur des murs de silence,

Blessé ses illusions au fil du temps qui passe,

Elle a usé ses mots et toutes leurs nuances,

Perdu son assurance, de guerre vaine, de guerre lasse !

 

Elle est restée fidèle jusque dans les tempêtes,

S’est battue bec et ongles pour rester en confiance,

Elle s’est rel ‘vée mille fois pour poursuivre sa quête

En s’écorchant le cœur à tant d’indifférence !

 

Alors toi à sa place, que ferais-tu dis-moi ?

Que ferais-tu qu’elle n’a pas déjà fait ?

Pour trouver un chemin qui mène jusqu’à toi,

Une porte qui s’ouvre au bord de tes secrets…

 

Pour gagner ta confiance, pour un peu de ton temps,

Elle a fait taire ses peurs, piétiné son orgueil,

De la musique du doute, a pris le contre-temps,

Et de toutes ses fiertés a accepté le deuil !

 

Elle a tant demandé, comme d’autre tendent la main,

A essayé l’humour et la provocation,

Tenté le détach’ment, joué au plus malin,

Sans provoquer jamais une once d’attention !!

 

Elle ne veut rien t’voler, elle ne veut rien te prendre,

Ni au cœur de ta vie trouver la moindre place,

Mais juste un peu de temps pour te faire comprendre

L’importance de tes mots sur toutes nos audaces.

 

Elle veut t’offrir ses rimes et toutes nos émotions,

Celles que tu nous fais vivre, celles que nous partageons,

Pour qu’à ton tour peut-être, d’un geste, d’une attention

Tu permettes à ses mots de nouveaux horizons !

 

Elle a chassé colères et autres jalousies,

Ram’né à la raison toutes ses frustrations,

A choisi la confiance et un grain de folie,

Et même choisi de croire à quelques illusions…

 

Mais la vie peu à peu l’éloigne de ses rêves,

Le temps marque son cœur autant que son visage,

De ses chants, de ses danses, ne reste sur la grève

Qu’une trace que le vent emporte loin de ses plages !

 

Alors la fille en rouge reste au bord de la piste,

L’av’nir à la dérive, le regard embué,

A ses désillusions elle offre un sourire triste,

A l’automne qui vient, une ode désenchantée…

 

Herrlisheim – 03 mai 2021

Pas de commentaires à “ Désillusions ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|