( 14 juillet, 2019 )

Clic clac

Oui, je le reconnais, ils nous font rire parfois

Ces touristes étrangers qui mitraillent à tout va,

Un panneau ou un banc, ils font feu de tout bois,

Notre monde du leur, diffère-t-il tant que ça ?

 

Ils nous reviennent en force avec le ciel d’été,

Grosse valise en remorque, regards pétillants,

Appareil à la main pour immortaliser

La première impression, le tout premier instant !

 

Dites-moi, leur avouerais-je un jour

Que la petite fontaine qui a leur préférence

Est loin d’être centenaire, offrant depuis toujours

Son filet d’eau glacée aux rêveurs en partance ?

 

Oserais-je leur demander ce qui les passionne tant

Dans l’éclat aveuglant d’un signal rouge ou vert,

Dans un panneau de gare, quelquefois vieillissant,

Ou l’horizon lointain des rails du chemin de fer ?

 

Au-d’là des traditions des touristes en vacances,

Il y a mille occasions d’une photo, d’une image,

Emotion, tranche de vie ou souv’nir en avance,

Parenthèse éphémère d’un instant de partage…

 

C’est l’ami en visite aujourd’hui qui repart,

Les enfants en colo ce matin de retour,

Le voyage d’un frère pour un nouveau départ,

Un retour au pays, pour un mois, pour toujours !

 

 

Ce sont ces amoureux tendrement enlacés

Qui d’une pression du doigt fabriquent un souvenir

Qu’ils chériront chaque fois qu’ils seront séparés,

Une larme au bord du cœur et aux lèvres un soupir…

 

Ce sont les bonnes copines qui papotent sur un banc

Et enchaînent les selfies de leur complicité,

Le regard rêveur, le sourire éclatant,

Elles gravent leur jeunesse pour l’éternité !

 

Le croirez-vous ou pas, j’ai même vu des mariés

Venir chercher ici leur photo de mariage,

Parce que c’est sur nos quais qu’ils se sont rencontrés,

C’est là qu’ils ont voulu écrire leur première page !

 

Et puis il y a bien sûr, les fans, les passionnés

Qui du matin au soir arpentent les quais de gare

Qui prendraient tous les risques pour un joli cliché

D’une rame d’exception, d’une loco un peu rare…

 

Mieux que les cheminots, ils connaissent tous les trains,

Leur âge, leur origine, jusqu’à leur pedigree,

Ils ont quinze ans à peine ou un âge certain,

Un sourire d’enfant, un oeil émerveillé…

 

Décor de défilé, décor de cinéma,

Les gares sont avant tout le décor de la vie,

Ecrin des émotions, de nos larmes à nos joies,

Où parfois tout commence, où parfois tout finit !

 

 

Clic clac, allez-y, immortalisez-les,

Donnez-leur un rôle dans toutes vos aventures,

Vous leur offrez ainsi la possibilité

De garder tous vos rêves au chœur de leurs vieux murs

 

Herrlisheim – 14 juillet 2019

Pas de commentaires à “ Clic clac ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|