( 24 septembre, 2018 )

On a beau dire,

On a beau dire, on a beau faire,

Le temps qui passe, parfois nous désespère,

Il suffit d’une photo, d’un éclat dans l’miroir

Pour briser dans un souffle nos rêves illusoires…

 

A chaque anniversaire, à chaque année qui passe,

C’est quelques rides de plus, un rêve qui s’efface,

C’est l’envie qui se heurte à la réalité,

L’ambition qu’on enterre un peu plus chaque été…

 

On n’échappe pas au temps, nous le savons bien sûr,

Il est là, chaque jour, qui insiste, qui murmure,

Il ternit notre éclat et vole notre jeunesse,

Et voile quelquefois nos regards de tristesse !

 

On en perçoit les signes dans quelques fils d’argent,

On en saisit le sens dans un regard d’enfant,

Dans un jupon sexy qu’on ne portera plus,

Ou une danse endiablée qu’on n’osera même plus…

 

C’est le cœur qui s’emballe, qui cogne, qui s’affole

Quand on se lance parfois dans une course folle,

C’est les kilos qui gagnent pour chaque gourmandise,

Et les heures qui s’allongent pour chaque lâcher-prise…

 

C’est l’angoisse sombre et sourde de voir disparaitre

Ceux qui nous ont aimés, ceux qui nous ont vus naître,

Qui se mêle au plaisir de voir s’envoler

Ceux qu’on a fait grandir tout au long des années…

 

On a beau dire, on a beau faire,

Le temps qui passe souvent reste un mystère,

Paradoxe éternel de deux réalités,

Celle qui marque les visages et celle de nos pensées…

 

Parce qu’au-delà des signes, des regrets, des blessures,

Il y a toujours l’amour à nos cœurs qui murmure,

Celui qu’on vit chaque jour ou celui qu’on attend,

Celui que l’on espère comme un nouveau printemps…

 

Dans nos têtes et nos cœurs on garde notre jeunesse,

Tant qu’on sait ressentir la passion, la tendresse,

Tant que chaque matin nous cueille dans un sourire,

Et dans la certitude que tout reste à venir !

 

Car le temps a beau dire, car le temps a beau faire,

Jusqu’au tout dernier souffle, on aspire, on espère,

Le vivre ou le revivre, cet amour légendaire

Qui embrasera nos vies de passion incendiaire…

 

Herrlisheim – 24 septembre 2018

Pas de commentaires à “ On a beau dire, ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|