( 5 septembre, 2018 )

N’oublie jamais

Oublie, oublie le monde et ses colères,

La folie de l’Homme et ses absurdités,

Les fleurs que l’on piétine, les dieux que l’on vénère,

Oublie pour une heure, ou une seconde d’éternité !

 

Oublie les regards qui glissent sans te voir,

Oublie les silences de tes dimanches de pluie,

Oublie les envies et les rêves illusoires,

Et jusqu’à tes cauchemars et tes nuits d’insomnie…

 

Oublie toutes les questions qui n’ont pas de réponse,

Et oublie les réponses à tes cent mille questions,

Oublie le temps qui court et le monde qui renonce,

Oublie l’ombre qui passe sur ton cœur en fusion !

 

Oublie toutes tes peurs et toutes tes espérances,

Oublie celui qui part et qui ne revient pas,

Oublie même tes victoires, tes folies et tes danses,

Et oublie les regrets, les lâchetés, les faux-pas !

 

Oublie tes nuits d’ivresse sous un ciel étoilé,

Et ton cœur qui s’enflamme pour un souffle, un murmure,

Oublie la mer qui gronde et son immensité,

Les vagues sur les rochers comme tes rêves contre un mur…

 

Oublie ce qui fait mal comme ce qui fait plaisir,

Oublie ta moindre honte, tes combats, ton courage,

Occulte ta mémoire de tous ses souvenirs,

De tes envies d’ailleurs, d’espaces et de voyages !

 

 Au mitan de ta vie, oublie toutes tes douleurs,

 

Oublie le vent qui hurle les couleurs du remords,

Oublie la pluie qui bat tes larmes de rancœur,

Les chagrins qui demain pourraient t’abattre encor’ !

 

Oublie les rendez-vous, les ratés, les manqués,

Et tes amours perdues, enfuies à tout jamais,

Oublie les amitiés, flouées, pillées, gâchées,

Et toute la maladresse de tes aveux désuets…

 

Oublie le vent d’automne et tous les arcs-en-ciel,

Le ciel bleu du printemps, le vol des hirondelles,

Oublie toutes les douceurs, sucrées au goût de miel,

Et le parfum des roses, poivré, lourd et sensuel !

 

Oublie la petite fille qui rêvait d’aventure,

De passions éternelles, de voyages au long-cour,

Oublie son regard fier quand d’elle elle fut si sûre,

Et jusqu’à son reflet dans les torrents qui courent !

 

Oublie les frustrations et les humiliations,

Oublie l’indifférence, les pointes de jalousie,

Tes incompréhensions et toutes tes déceptions,

Les portes qui se ferment, l’injustice de la vie…

 

Oublie, mais n’oublie pas la douceur d’un regard,

Un sourire, un coup d’fil ou une main tendue,

N’oublie pas les mots tendres, spontanés et sans fard

Qui guidaient tes pensées quand elles étaient perdues…

 

N’oublie pas la caresse qui a cueilli tes larmes,

Ni les bras grand-ouverts où pleurer tes chagrins,

N’oublie pas cette épaule où tu rendais les armes,

Ni l’écoute attentive jusqu’au petit matin…

 

N’oublie rien de l’Amour ni de tes émotions,

Aucun des mille batt’ments de ton cœur amoureux,

N’oublie jamais aucune de tes folles passions,

Ni la moindre étincelle qui alluma tes yeux…

 

N’oublie pas les audaces que ton cœur a voulues,

Ni aucune des chaînes dont tu t’es libérée,

N’oublie pas la tendresse offerte ou bien reçue,

Ni chaque jour de trouver, mille raisons d’aimer…

 

Herrlisheim – 4 Septembre 2018

Pas de commentaires à “ N’oublie jamais ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|