( 30 avril, 2018 )

Souvenirs d’enfance

Vous souv’nez-vous des voyages éducatifs et des sorties scolaires ?

De vos classes vertes et de vos classes de mer ?

Vous souv’nez-vous des colonies d’vacances,

Quand vos cœurs hésitaient entre larmes et silence ?

 

Vous souv’nez-vous de ces veilles de grands départs ?

De vos nuits sans sommeil, des rêves et des cauchemars ?

Entendez-vous vos cœurs qui battaient bien plus fort,

De souv’nirs en avance, des plaisirs qu’ils ignorent ?

 

Avez-vous en mémoire cette joie mêlée d’angoisse,

Ce réflexe qui disait, soudain d’faire volte-face,

Quand avec un sourire on vous lâchait la main

Tout en faisant semblant de n’pas voir votre chagrin ?

 

Vous souv’nez-vous surtout des imposants bagages ?

Ces valises bien trop lourdes, trop grandes pour votre âge ?

Et des mille conseils et recommandations

Répétés à l’envi pour masquer l’émotion ?

 

… /…

 

Quand, au cœur du grand hall, je les vois patienter,

Ces groupes de bambins bruyants et excités,

Je ne peux m’empêcher, discrètement de sourire,

Rattrapée un instant par mes vieux souvenirs…

 

Il y a le boute-en-train qui ne tient pas en place,

Qui fait rire les copains, éloigne leurs angoisses,

Qui passe de l’un à l’autre juste pour faire connaissance,

Sourd aux rappels à l’ordre qui réclament le silence…

 

Assis sur sa valise, tête basse sans un sourire,

Se tient le plus timide, tout en larmes et soupirs,

Il aimerait être ailleurs, loin de ce hall de gare,

Ou bien être plus fort, plus joyeux, plus bavard…

 

A la lisière du groupe, juste un peu à l’écart,

Il y a les bonnes copines qui échangent leurs histoires,

Qui regardent d’un peu haut ces compagnons d’voyage,

« Ces gamins immatures vautrés sur leurs bagages… »

 

Et voilà le gourmand, plongé dans son sandwich,

Une main sur son soda, l’autre dans un paquet d’chips…

Un sac plein de douceurs posé là, à ses pieds,

Que parce qu’il a bon cœur il partage volontiers…

 

Isolé dans son monde, le nez dans son bouquin,

Celui-là pourrait bien, sans peine rater le train…

Un mot et puis un autre, il glisse de page en page,

C’est dans sa tête qu’il vit ses plus jolis voyages !

 

Et puis il y a bien sûr les accompagnateurs,

Les « monos » et les profs ou les instituteurs

Qui comptent et qui recomptent ces charmantes têtes blondes,

Un peu anxieux sans doute au milieu de la ronde…

 

Ils reviennent chaque année avec le mois de mai,

Réveillent les vieux murs qui sans eux sommeillaient,

Chaque année, différents, tous les mêmes pourtant,

Souvenirs de l’enfance, nostalgie de parents…

 

Herrlisheim – 28 avril 2018

Pas de commentaires à “ Souvenirs d’enfance ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|