( 9 avril, 2018 )

Ça suffit

Le discours d’un Président, des soldats au garde-à-vous,

Ça suffit !

Les drapeaux en berne aux fenêtres et aux frontons,

Ça suffit !

Les minutes de silence, les regards un peu flous,

Ça suffit !

Les médailles, les hommages, têtes basses, rouge au front,

Ça suffit !

 

Les marches silencieuses, les cœurs et poings serrés,

Ça suffit !

Les palabres sans fins, les comment, les pourquoi,

Ça suffit !

Les veufs, les orphelins et toutes ces vies fauchées,

Ça suffit !

Les peurs qui nous poussent à désigner du doigt,

Ça suffit !

Ça suffit, ça suffit, ça suffit !!

 

Des millions d’années déjà que nous peuplons la terre,

Des millions d’années déjà, d’inconscience et d’erreurs,

Des millions d’années de massacres et de guerres,

D’intolérance de l’autre, de vengeance, de rancœur !

 

Pour un dieu, une idole, ou pour un bout de terre,

Pour une couleur de peau ou d’autres idéaux,

Parce qu’on n’se comprend pas, on se met en colère,

Parce qu’on a peur, à l’autre, on attribue nos maux…

 

On a bâti un monde de béton et de pierre,

Repoussant la nature jusqu’à n’plus respirer,

On a violé les sols, détourné les rivières,

Pour un peu de richesse ou de commodité…

 

Et reculent les forêts, et avance le désert,

Pendant qu’autour du monde, se vident les océans,

Qu’une espèce disparait, que progresse la misère,

Sans que l’Humanité soit plus heureuse qu’avant…

 

On produit et on jette, toujours plus et moins cher,

On se créée des besoins qu’on n’avait pas vus v’nir,

Quel que soit le pays, on joue la surenchère,

Et pourtant on vit mal, sans joie et sans plaisir…

 

On nous parle de puissance et de gloire millénaire,

De réussite sociale, et d’un rang à tenir,

On nous parle production ou bien chiffre d’affaire,

Mais quel est donc le prix d’un tout petit sourire ??

 

Combien pour le plaisir d’une vie éphémère,

Combien pour la confiance en chaque lendemain ?

Du fond de vos bureaux ou de vos ministères,

Y pensez-vous parfois, Messieurs les Philistins ?

 

Votre orgueil, vos conquêtes, vos choix et vos manières

Ont creusé un abîme entre les continents

Et ouvert pour longtemps les portes des Enfers

Que nous aurons du mal à sceller, à présent…

 

De la terre ne sommes-nous qu’un bourreau, un cancer ?

Une malédiction, une folie, une erreur ?

Ou saurons-nous, avant que n’implose l’univers,

Trouver le bon chemin, celui qui mène au cœur ?

 

Herrlisheim – 05 avril 2018

Pas de commentaires à “ Ça suffit ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|