( 22 août, 2017 )

Rêveries,

Qui n’a jamais rêvé au bord d’une aube grise

D’être un jour reconnu de ceux que l’on admire ?

Par orgueil peut-être, ou bien par gourmandise,

Ou comme un phare lointain lorsque la vie chavire…

 

A l’heure des possibles, juste là, juste avant,

On laisse aller nos rêves au soleil de minuit,

Innocents jeux de rôles, comme en font les enfants,

« On dirait que… », « tu serais », « on dirait que je suis »…

 

Ils reviennent juste avant chacun d’nos rendez-vous,

Ces rêves de l’impossible qui troublent la raison,

D’une pensée un peu folle venue dont ne sait où,

Ils font un scénario aux couleurs rose bonbon…

 

Et si on se croisait au hasard d’une terrasse ?

Je pourrais engager une conversation…

En rêve, rien d’impossible, j’oserais cette audace,

Je vaincrais ma réserve et mes hésitations !

 

Si on avait par chance choisi le même hôtel ?

On partag’rait, c’est sûr, un verre ou un café !

Et si on s’baladait dans les mêmes ruelles ?

A mon geste amical tu pourrais t’arrêter !

 

Tu aurais pu aimer un d’mes petits messages,

Et me le faire savoir d’un mot ou d’un regard…

Un mot entraînant l’autre, on aurait fait l’voyage

Du bord de la barrière à une amitié rare…

 

Un coup d’fil inconnu, et ta voix qui résonne,

Tu veux me rencontrer pour parler de mes mots…

Ou là, au premier rang, tu viens m’voir en personne

Pour un encouragement, un soutien, un bravo…

 

Bien sûr on n’y croit pas, ou alors juste un peu,

Comme on croit aux étoiles, comme on croit à la chance,

A peine une étincelle, là, tout au fond des yeux,

Un plaisir défendu, un bonheur en avance…

 

Ce sont des rêves trop grands, fantasques rêveries

Où je me perds parfois pour fuir le quotidien,

Fantasmes innocents pour les dimanches de pluie,

Je n’y crois pas vraiment, mais ils me font du bien…

 

Et comme on me l’a dit avec un grand sourire,

On n’est pas à l’abri un jour, d’une bonne surprise,

Alors je garde au cœur tous mes petits délires,

Et dans un éclat d’rire j’oublie mes aubes grises…

 

 

Herrlisheim – 21 août 2017

Pas de commentaires à “ Rêveries, ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|