( 18 juin, 2016 )

Résister, pas haïr !

Pas une semaine sans que les barbares nous frappent en plein cœur,

Pas un jour sans qu’ils changent nos vies pour toujours,

Ici ou ailleurs, ils répandent le feu et la peur,

Sans courage, sans honneur, sans même un peu de bravoure !

 

D’une tuerie à l’autre, ils ébranlent nos valeurs,

D’une vie volée à l’autre, ils bousculent nos émotions,

Ils repeignent le monde de sinistres couleurs

Et piétinent nos jardins, nos rêves, nos illusions…

 

A chaque coup porté recule notre innocence,

Pour chaque enfant qui pleure se voilent nos regards,

A chaque sourire qui meurt s’éloigne notre espérance…

Et grondent nos colères quand le monde s’égare…

 

Quand chaque nouvel outrage franchit une frontière,

Quand explosent les barrières de notre humanité,

A quoi servent encore les paroles, les prières ?

Comment trouver la voie vers la sérénité ?

 

Quelles excuses allons-nous leur trouver ?

Où allons-nous chercher les raisons de leur rage ?

Pouvons-nous encore comprendre ou expliquer

Ou ne voyons-nous plus que des monstres, des sauvages ?

 

Comment ne pas céder au désir de vengeance ?

Comment ne pas haïr, comment rester debout ?

Comment ne pas tomber plus bas que cette engeance ?

Comment vaincre à jamais la fureur de ces fous ?

 

Je ne veux pas qu’ils volent mon humanité,

Je ne veux pas qu’en moi, le loup brise ses chaînes,

Je n’veux pas voir en l’autre tous les risques, les dangers,

Ni me perdre au hasard des chemins de la haine…

 

Mais je n’veux pas non plus, me cacher, me terrer,

Avoir peur de mon ombre, là, au milieu du bal,

Je veux encore chanter, sourire, rire et danser

Sans craindre pour ma vie un horizon fatal…

 

Pas question que demain, mon beau pays de France

Oublie toutes ses valeurs en bâtissant des murs,

Pas question qu’il oublie, l’accueil, la tolérance,

L’art de la liberté au-delà des blessures !

 

Même s’il est plus facile de libérer la haine,

De nous laisser guider par nos cœurs en colère,

J’aimerais, au-delà de ma rage et de ma peine,

Trouver les clés pour vaincre à jamais ce cancer…

 

Ils sont quelques milliers, nous sommes des millions,

Comment pourraient-ils longtemps nous mettre à genoux ?

Comment pourraient-ils nous vaincre, nous faire plier 

Si le monde se lève quand tombe l’un d’entre nous ?

 

Au fil de l’Histoire, sur chaque continent,

Jamais la Liberté ne fût longtemps vaincue,

Il est toujours un temps pour chasser les tyrans,

Et célébrer la paix et la joie revenues…

 

Je ne veux pas céder à toutes ces violences,

Celles du rejet de l’autre, celles des mots et des armes,

Je n’veux pas que mes peurs détruisent ma conscience,

Je veux entrer en résistance sans y perdre mon âme !

 

Alors malgré la haine, la colère et les peurs,

J’aim’rais savoir lutter sans perdre mes valeurs,

J’aim’rais unir ma voix à celle des gens de cœur,

Qui refusent l’oppression sans perdre leur honneur !!

 

Herrlisheim – 18 juin 2016

Pas de commentaires à “ Résister, pas haïr ! ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|