( 11 octobre, 2015 )

Lucidité

Ce soir j’ai le cœur lourd et l’esprit en cavale.

Comme un reflet d’ailleurs, lumières d’un autre bal,

Il y a dans mon regard comme une mélancolie…

Ce soir j’ai dans mes rêves l’ombre de la nostalgie !

Comme un nuage qui voile le soleil en été,

Il y a dans mon sourire l’empreinte de tes baisers…

Ce soir j’ai sur les lèvres tout le poids des regrets !

Comme une madeleine de Proust, un souvenir parfait,

Il y a dans mon fantasme des vagues de douceur…

Ce soir j’ai l’âme en peine, l’espérance qui se meurt !

Comme la flamme d’une bougie vacille quand vient le jour,

Il y a dans ma mémoire les cendres d’un amour…

Ce soir j’entends en moi la musique des amants !

Comme nous perdons nos sens sur une valse à mille temps,

Il y a dans mes délires l’ivresse des souvenirs…

Ce soir j’ai sur la peau les frissons du désir !

Comme la fleur au printemps se tourne vers le soleil,

Il y a dans mes envies l’oubli des nuits de veille…

Ce soir mon optimisme a peur de ma mémoire !

Comme l’enfant qui se perd appelle dans le noir,

Il y a dans mes cauchemars l’angoisse des lendemains…

Ce soir dans mon miroir je recherche un destin !

Comme l’oiseau qui fuit l’hiver affronte tous les vents

Il y a dans mes passions un désespoir d’enfant…

Ce soir sur mon visage je vois le temps qui passe !

Comme les rêves trop grands finissent dans l’impasse,

Il y a dans mes amours l’illusion des fantasmes…

Ce soir dans mes pensées ne rôdent que des sarcasmes !

Comme l’orgueilleux défie le gentil, le rêveur,

Il n’y a dans mon jugement que des propos moqueurs…

Ce soir je réalise que mes rêves sont vains !

Comme le parieur se berce de l’illusion du gain,

Il y a dans mes désirs l’espoir de l’impossible…

Ce soir dans un éclair j’ai vu l’inaccessible !

Comme la brume qui se lève révèle le paysage,

Il y a dans ton silence comme la fin d’un voyage…

Ce soir dans un songe j’ai compris mes erreurs !

Comme le Père Noël final’ment n’est qu’un leurre,

Il n’y a dans ma vie que mirages et naïveté…

Ce soir j’ai vu ma vie avec lucidité !

Comme au sortir des rêves vient la réalité,

Il y a dans mes saisons plus d’hivers que d’étés…

Ce soir j’ai bien compris qu’il n’y aura pas de « nous » !

Comme la rage n’est parfois qu’un désespoir de fous,

Il y a dans mes colères les reflets d’ma tristesse…

Ce soir je suis brisée et je pleure ma détresse !

Comme certains en chantant crient leur indignation,

Il y a dans mon crayon toutes mes désillusions…

 

Herrlisheim – 11 octobre 2015

Pas de commentaires à “ Lucidité ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|