( 26 juin, 2015 )

Les larmes d’un homme

Connaissez-vous plus triste que les larmes d’un homme 

Quand il a tout perdu, quand il est dépassé,

Quand, au nom du progrès, de la productivité

On lui vole son métier, son art, sa fierté d’homme ?

Comment trouver les gestes, comment trouver les mots

Qui l’empêcheront de lâcher, de glisser vers le bas ?

Quand tout son univers a volé en éclats,

Qui saura le comprendre, le maintenir à flots ?

Il dit qu’il n’en peut plus, qu’il n’a plus le courage,

Qu’il ne dort plus la nuit, qu’il n’a plus d’appétit !

Il dit que quoi qu’il fasse, y n’contrôle plus sa vie,

Qu’il se noie dans ses larmes, que ses forces le lâchent !

Sa vie d’avant lui manque, hante son quotidien,

La nouvelle le meurtrit, lui fait perdre la raison !

Il doute de tous ses gestes, n’est plus au diapason

D’un univers sans vie, virtuel et sans parfum !

Il connaissait le stress des journées de galères,

Tout n’était pas parfait, c’était pas le paradis !

Il y a eu des colères, des soucis, des conflits,

Mais aussi l’unité d’une équipe solidaire !

Et puis, y’avait les rires, les relations humaines,

Les discussions sans fin, les débats passionnés,

Les échanges d’émotions, les cafés partagés…

Et son job aujourd’hui, l’enferme, le blesse, l’enchaîne !

Il a le sentiment qu’on a volé sa vie,

Et ne sait pas quoi faire pour la reprendre en mains.

Il ne trouve plus sa place dans ce monde inhumain

Géré par les machines et la technologie.

Il se sent inutile, lui qui maîtrisait tout,

Il a beau s’accrocher, tenter de t’nir encore,

Il sent qu’il va glisser, et finir dans l’décors ,

Et croit qu’il a perdu, qu’il va devenir fou !

Sa femme est attentive, ses enfants sont présents !

Ses amis lui répètent qu’au fond, c’n’est qu’un travail,

Qu’il y a plus important, qu’il y a d’autres batailles,

Qu’il doit garder confiance, y croire obstinément,

Que la vie c’est pas ça, que la vie est ailleurs

Et que c’n’est pas sa faute, qu’il n’est coupable en rien,

Que le courage n’est pas de s’obstiner en vain,

Mais de savoir connaître ses limites et ses peurs !

On lui dit qu’il vaincra, qu’il remontera la pente,

Qu’il doit juste laisser un peu de temps au temps,

Que le soleil brillera avant le prochain printemps

Et qu’il verra renaître d’autres aubes impatientes !

On lui dit qu’un beau jour, il trouvera le chemin

Vers une vie nouvelle où son âme sourira,

Et qu’après le brouillard, un été fleurira

Qui le verra grandi, plus fort et plus serein !

Mais quels que soient les mots qu’on murmure à son cœur,

Quels que soient les lendemains qu’on dessine pour lui,

Quels que soient les sourires qu’on oppose à ses cris,

Il reste un homme perdu au milieu de ses pleurs !

 

Herrlisheim – 26 juin 2015

2 Commentaires à “ Les larmes d’un homme ” »

  1. rougepolar dit :

    De bien jolis poèmes sur ce blog.
    Un recueil en vue ?
    Bravo

    Dernière publication sur Rougepolar : L’exclusivité est-elle une affaire de femmes ?

    • jipsie dit :

      Merci pour ce gentil commentaire! Ecrire et publier sont des rêves d’enfants, la technologie m’en offre la possibilité, et me permet de soumettre mes mots à d’autres yeux que les miens, reste à prendre confiance !

Fil RSS des commentaires de cet article.

Répondre à jipsie Annuler la réponse.

|