( 17 juin, 2015 )

Celui qui n’est pas pour toi

Aimer celui qui n’est pas pour toi,

Ne penser qu’à celui qui ne te voit pas,

Désirer au point d’en perdre la voix

Celui dont le cœur pour toi ne bat pas !

Sentir ton cœur qui marque le pas puis s’affole,

Pour un regard ou pour un mot gentil,

Rougir, bégayer, sentir tes jambes qui flageolent,

Perdre ton humour, ton sens de la répartie !

Imaginer chaque soir, des scénarios, des histoires

Qui à la nuit, donneront vie à tes rêves.

Rêver les yeux ouverts, allongée dans le noir,

Et espérer secrètement que jamais la nuit n’s’achève !

Provoquer le hasard pour croiser son chemin,

Et dans la foule immense feindre l’indifférence.

Se damner à jamais juste pour frôler sa main,

Mais perdre jour après jour, ta force, ta confiance !

Aimer celui qui à jamais t’échappera

Parce qu’il est trop tôt, ou peut-être trop tard,

Parce qu’il est trop jeune à ce qu’on te dira,

Parce que tu es trop vieille, un peu trop en retard,

Ou bien d’un autre monde ou d’un autre univers,

Et que, quoiqu’on en dise, quoiqu’en pense Cendrillon,

Les princes n’ont jamais épousé les bergères,

Et que toi, tu n’as rien, d’une princesse en haillons !

Aimer un souvenir, le rêve d’un grand amour,

Se bercer d’illusions, continuer à y croire

Malgré les déceptions qui viennent avec le jour,

Et à chaque coin de rue, penser l’apercevoir !

Mais à aimer ainsi celui qui ne t’aime pas,

Tu traverses le temps en oubliant de vivre !

A espérer en vain, qu’enfin, il te verra,

A noyer ton chagrin sans jamais être ivre,

A courir les chimères, à embrasser le vent,

Tu dessèches ton âme, tu fendilles ton cœur.

Et si jamais pour toi, n’arrive le printemps,

C’est qu’à aimer un rêve, tu fais fuir le bonheur !

Peut-on mourir d’aimer ? je ne saurais le dire !

Mais arrêter de vivre pour avoir, un beau jour,

Croisé une âme sœur qui vola ton sourire,

Est une malédiction qui te jette pour toujours,

Aux confins des Enfers sans espoir de retour…                    

 

(Herrlisheim 27/01/2015)

Pas de commentaires à “ Celui qui n’est pas pour toi ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|